lundi 17 octobre 2005

ASTERIX : LE CIEL M'EST TOMBE SUR LA TETE !



Comme beaucoup, je me suis réjoui à l'idée de lire le tout dernier Astérix, fraîchement sorti mondialement vendredi dernier.

Fan depuis mes plus jeunes années, je me régalais à l'idée de lire une aventure inédite de mes héros favoris, à qui je dois d'avoir -parfois- un certain talent pour le calembour facile ou le bon mot dodu.



Je me suis donc précipité, vendredi matin, à la librairie du coin pour acheter "Le Ciel Lui Tombe Sur La Tête", tiré à plus de 8 millions d'exemplaires, dans une cinquantaine de langues...

Et le soir venu, je m'isole un moment, coupe le téléphone, et commence l'aventure...

Et bien est-ce parce que j'ai grandi ? Ou bien est-ce parce qu'Uderzo a péché par excès d'innovation ? Ou bien s'est-il laissé tenté par les sirènes du marketing calibré ?

Mais quelle déception !

Où sont passés les calembours, et les baffes aux Romains, et les citations latines, et les multiples références ethniques et culturelles ? Quid de cet esrpit frondeur, novateur, qui revisitait l'Histoire du monde pour mieux souligner nos petits travers ?

Dans ce 33ème opus, Astérix rencontre les extra-terrestres (peut être une sorte de Raël, cet Astérix, au fond)... Le village gaulois se retrouve avec une énorme boule ovni au dessus de lui, et est envahi par des "bons aliens" (aux allures de Mickey, et dont le représentant s'appelle Toune...) qui veulent réquisitionner la potion magique car de "méchants aliens" (aux allures de Goldorak moins bien faits) veulent se l'accaparer pour dominer l'Univers.

Le tout est dédié, au début de la BD, au frère d'Uderzo, mort récemment, et à la fin de la BD, à Walt Disney, druide unique qui détient le secret de ce monde merveilleux dans lequel Uderzo est tombé petit : la BD.

On peut être sûr de la sincérité d'Uderzo et de sa volonté de faire une histoire innovante et surprenante... Mais on peut regretter aussi le manque d'âme des dessins (ah la la quel regret que ce soit encré à l'ordinateur, retouché par des logiciels, etc. ...), le manque de génie des répliques (Goscinny doit bien faire poiler le Bon Dieu de là-haut), et le sujet... hors sujet...

Bah oui, ça ne vas pas du tout cette histoire d'extraterrestres...

Il restait tant de pays à découvrir... Pourquoi n'a t'il pas envoyé Astérix et Obélix en Afrique, ou en Chine, ou chez les Mayas, ou bien encore dans les steppes de la Sibérie ? On aurait retrouvé les péripéties multiples et inventives que vivaient nos héros à chaque voyage, et on aurait certainement beaucoup plus ri. Par Toutatis !

1 commentaire:

Emily a dit…

Ah ça je suis absolument d'accord avec toi Thom sur ce dernier opus de mon cher ami Astérix... quelle déception pfffffff!!! Et moi qui comptait sur cet album pour rigoler un bon coup... et bien c'est raté... je n'ai même pas esquissé un sourire!! Où est donc passé cet "esprit astérix" malicieux et sympathique que j'aimais tant... et les baffes aux romains??... ces extra-terrestres ne vont pas du tout dans le décor!! Quel dommage... snif snif snif... bon allez, pour me remettre, je vais me replonger dans "Astérix et Cléopâtre" ;-)
bisous
Emilie