lundi 3 septembre 2007

SEPTEMBRE

Septembre est là, alors que le soleil est toujours porté disparu. L'été est passé aussi vite que sa simple évocation. Tout le monde reprend pour de bon. De quoi broyer du noir et rallumer le chauffage. Youpi.

PENSEE DE LA SEMAINE

"Le désir est l'appétit de l'agréable".
Aristote

AVEZ VOUS DEJA VU ?

video

Des moutons qui organisent un pique nique ?

COMMENT FAIRE POUR CHANGER LES CHOSES ?


La semaine dernière, j'ai publié un article synthétisant les problèmes déjà présents et à venir induits par le réchauffement indubitable de la planète, dû, il n'y a plus de doute, en grande partie à l'activité humaine.

C'est à chacun de nous de changer nos comportements pour changer la planète, et cette fois ce n'est pas une connerie, il n'y a pas un numéro vert à composer ou une promesse de don à faire, il y a juste des petits gestes quotidiens à changer, à adopter, si nous voulons vivre décemment dans une planète en pleine vie, et non pas agonisante, et si nous voulons donner une chance aux générations futures.
Si nous ne faisons rien, de toutes façons, ce n'est même plus une question de générations futures: c'est nous, déjà, qui seront aux premières loges de l'effondrement de l'équilibre écologique planétaire, et donc de l'équilibre économique, démographique, politique, climatique, sanitaire et social. Et alors, nous mourrons coupables.
Voici donc une liste assez complète d'actes qui aidereont à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à renverser le système de réchauffement express de la planète. Si vous avez d'autres idées, d'autres conseils, n'hésitez pas à les partager en laissant des commentaires !
COMMENT AGIR EFFICACEMENT (essayez d'en faire le maximum :o) :

- Changez vos ampoules à incandescence pour des ampoules fluorescentes compactes (CFL).Une ampoule fluo consomme 60% d'énergie en moins (moins de pollution, plus d'économies !) .


- Climatisation (à la maison ou au bureau): baissez le thermostat de 2° en hiver et montez-le de 2° en été

- Nettoyez ou remplacez les filtres de votre chaudière et de votre climatiseur
- Si vous renouvelez votre appareillage électrique (ou si vous l'installez), choisissez les modèles les moins gourmands en énergie, et recherchez les marques et modèles les plus efficaces.
-Recouvrez votre chauffe-eau d'un isolant thermique

- Limitez votre consommation d'eau chaude. (Chauffer de l'eau mobilise une énergie considérable. Vous pouvez réduire la consommation d'eau chaude de diverses manières, notamment en utilisant des douchettes à grosses perforations et en lavant vos vêtements à l'eau tiède ou froide.)

- Utilisez chaque fois que possible une corde à linge plutôt qu'un sèche-linge.

- Éteignez votre matériel électrique lorsque vous ne l'utilisez pas (et ne le laissez pas en veille).

- Débranchez le matériel électronique quand vous ne l'utilisez pas. Un téléviseur, un chargeur de téléphone portable, un appareil muni de diodes ou d'un tableau lumineux qu'on laisse en veilleuse consomment de l'électricité sans qu'on s'en aperçoive. Au total, cela représente 5% de la consommation d'énergie domestique, soit un rejet annuel de 18 millions de tonnes de carbone.
- N'utilisez votre lave-vaisselle que s'il est plein et pressez la touche "Éco"

- Isolez votre habitat. Une bonne isolation des murs et des plafonds diminuera vos dépenses de chauffage de 25%. Si vous êtes locataires, parlez en à votre syndic.

- Recyclez vos déchets. Utilisez du papier recyclé. Sa fabrication nécessite 70 à 90% d'énergie en moins. Vous contribuerez aussi à protéger les forêts.

- Plantez un arbre, ou même des arbres !Un arbre absorbe au cours de sa vie 1 tonne de dioxyde de carbone. L'ombre qu'il fournit à votre habitat peut vous aider à réduire vos frais de climatisation de 10 à 15%.
- Demandez un "audit énergie" de votre maison. Des organismes spécialisés évalueront la qualité de l'isolation de votre résidence et l'efficacité de ses installations thermiques et électriques. En optimisant votre habitat, vous ferez baisser d'un tiers vos dépenses énergétiques.

- Utilisez des sources d'énergie naturelles.Certaines régions se prêtent à l'utilisation d'énergies propres et renouvelables comme le vent (éoliennes) ou le soleil (panneaux solaires).
- Consommez de préférence les produits agricoles de votre région. Cela réduit les dépenses énergétiques engagées pour leur transport et sert les intérêts économiques de votre communauté.

- Achetez des produits frais (ou des conserves) plutôt que des surgelés. La production de surgelés requiert dix fois plus d'énergie.

- Consommez "bio" aussi souvent que possible Les cultures biologiques captent et stockent bien plus efficacement le CO2 dans le sol.
- Évitez les produits trop emballés.

- Mangez moins de viande rouge Le méthane est en importance le second des gaz à effet de serre. Les vaches, grandes consommatrices d'herbe, en rejettent d'énormes quantités dans l'atmosphère.
- Privilégiez les transports en commun, le covoiturage, la bicyclette ou la marche et organisez le covoiturage avec vos collègues.

- Faites réviser votre voiture. Un entretien régulier de votre véhicule rentabilisera sa consommation de carburant et réduira ses émissions. Si 1% des automobilistes entretenaient correctement leurs voitures, des milliards de tonnes de CO2 ne s'échapperaient plus dans l'atmosphère. Les marques et modèles les moins polluants à ce jour : Renault Twingo, Toyota Yaris, Toyota Prius, Smart, Citroën C2, C3. Un véhicule hybride, voire électrique, comme la Prius de Toyota, sera encore plus rentable et moins polluant. NE ROULEZ PAS AVEC UN VEHICULE QUI A PLUS DE 7 ANS.

- Vérifiez la pression de vos pneus une fois par semaine Un gonflage adéquat vous fait économiser plus de 3% d'essence… Rentabiliser le carburant, même à cette échelle, fait déjà la différence!

- Utilisez moins souvent l'avion. Un ou deux voyages en avion de moins par an = une réduction significative de vos émissions. Privilégiez le train.

- Achetez le moins possible de produits MADE IN USA ou MADE IN CHINA, les deux pays leaders dans les émissions de CO², le premier parce qu’il a refusé de signer le protocole de Kyoto, le second parce que son système industriel est vétuste, et irrespectueux de toutes les normes (écologie, droits de l’homme, travail des enfants, santé du travail, sécurité, etc etc etc… n’achetez pas chinois, même pas des nems !). ACHETEZ EUROPEEN, et si possible FRANÇAIS (ou SUISSE (pour les lecteurs helvètes), pas par protectionnisme, mais parce les productions nationales polluent moins, ne seraient ce que parce qu’elles ne sont pas importées (donc pas de transport).

- Renseignez vous, informez vous, et diffusez l'information. Pensez aussi à calculer votre empreinte écologique . PLUS D'INFOS SUR
www.defipourlaterre.org.

LE BIG MAC A QUARANTE ANS

Le Big Mac, le double sandwich icône de la culture populaire américaine mais aussi symbole de la malbouffe, a quarante ans.

Vous allez me dire que vous vous en foutez un peu, et je vous comprends.

Mais attardez vous deux secondes sur le sujet...

Déjà, je suis sûr qu'au moins une fois dans votre vie vous avez mangé un Big Mac...

Et comme c'est donc un dénominateur commun à échelle humaine, son histoire peut donc refléter une certaine évolution, ou un certain état de nos Sociétés...


Si les frères McDonald's ont créé dans les années 40 en Californie le premier restaurant de la plus grande enseigne mondiale de fast-food, le double hamburger a été "inventé" par un des premiers franchisés de la marque en août 1967: Jim Delligatti, 89 ans, qui tenait un restaurant à Uniontown en Pennsylvanie, a pour la première fois introduit l'empilement des deux steacks hachés entre trois pains au sésame et deux rondelles de cornichon au prix de 45 cents (oui oui bien 45 cents, soit 30 centimes d'euros, contre 2,69 dollars aujourd'hui en moyenne aux Etats Unis).

Vu le succès, un an plus tard, le Big Mac était intégré au menu national de la chaîne, puis dans tous les restaurants du monde entier, faisant de ce sandwich un pan de l'héritage culturel américain, qui a même son musée (le restaurant musée du Big Mac, à North Huntingdon, près de Pittsburgh, en Pennsylvanie), au même titre qu'Elvis presley, Hollywood, Coca Cola ou les jean's Levi's.

De nos jours, McDo, qui compte 30.000 enseignes dans le monde, vend plus de 550 millions de Big Mac chaque année sur le seul marché américain. Il est à noter qu'après les Américains, ce sont les Japonais qui sont le plus de friands de Big Mac.
Le chose la plus révélatrice de l'influence économique et socioligique du Big Mac est que, du fait de sa présence dans le monde entier (on trouve des Big Mac dans une centaine de pays), le prix du fameux sandwich est devenu un indice économique. Le magazine "the Economist" a en effet créé le Big Mac Index, qui compare le pouvoir d'achat d'une monnaie par rapport au dollar.

Ainsi, le prix en dollars d'un Big Mac en Chine est de 1,45 dollar contre 4,01 dollars en Grande-Bretagne et 4,17 dollars dans la zone Euro, selon le magazine paru en juillet. Et c'est en Islande que le Big Mac est le plus cher, culminant à 7,61 dollars...