lundi 21 août 2006

LA BONNE SOEUR

C’est quand qu’on arrive
Au paradis
Se demande Sœur Souris
Un peu essoufflée
D’avoir tant grimpé

Ce n’est pas pour maintenant
Le Paradis n’existe pas
Tu le sais bien
L’homme a fait le Sacré Cœur
Pour consoler les Bonnes Sœurs
Qui n’auront jamais la chance
De croiser leur employeur.

3 commentaires:

irene a dit…

j'aime bien le poeme, j'aime bien la photo mais ensemble...hum...je ne sais pas...
y a comme un decalage entre ce qu'exprime, a mon sens la photo, et le petit cynisme que tu y colles....
bisous

sylvine a dit…

oui, je vote et je dis aussi que sans les photos ce serait mieux. elles ont peut être été la source de ton inspiration, et elles sont belles et complémentaires, mais de trop. et ça ne correspond suremnt pas a on idéal de liberté, mais c'est embarrassant de mettre un visage, et celui d'une vraie soeur... ceci dit, je suis contente de rentrer de vacances pour te lire! c'est toujours un beau moment!

Anonyme a dit…

et bien puisque la période electorale semble avoir débutée avant l'heure... je vote pour la séparation de l'église et du temple!! ;))

ah oui, un truk qui me fait tiké, et les tiks c'est pas du truk en tok...
?? les photos ne sont pas "de trop", puisqu'elles sont pré-existantes, et parties prenantes à la génèse de ces vers..
idem pour le ci-dessus : "elles sont... complémentaires".
JE CITE LE ZUBIAL introduisant le projet : "Nous essaierons, tous les deux, de mettre des vers sur
des photos, ou bien de faire des ... photos sous
vers....."=> là, le zubial utilise le futur de l'indicatif...
Puis il écrit : "Sur les images prises par Nicolas, j'essaye
d'imaginer, en quelques lignes, l'histoire et le
message cachés dans ces dernières."=> ça c'est du présent de l'indicatif, c-à-d qu'il nous explique que pour le moment, le projet se déroule comme ça......c'est peut-être un "beau moment" Mademoiselle, mais CA SERAIT BIEN DE LE LIRE POUR DE VRAI, ce qu'il écrit, le zubial!!!
Pour le fun, en langue française, l'adjectif "complémentaire" (définition : qui complète) implique la pré-existence d'une entité (celle complétée..)donc ne peut être utilisé ici (voir § ci-dessus), pour des raisons liées à la véracité du contexte...