lundi 7 novembre 2005

DES HEURES LETTONES (JOHN)


Les pays Baltes, 3 petits pays serrés autour de la mer baltique, sont les petits derniers de la grande Union Européenne.

La Lituanie, tristement connue pour l'affaire criminelle de Noir Désir, l'Estonie, petite soeur de la Finlande (un petit bras de mer sépare les 2 pays, qui sont à 30 minutes de bateau l'un de l'autre), et la Lettonie, dont la capitale, Riga, est surnommée plus ou moins à juste titre "Le Petit Paris du Nord", sont donc 3 nations à découvrir, à seulement 2h30 d'avion de la France (et un peu plus depuis ce bon et verdoyant Jura suisse...).

On connait aussi ces pays pour leurs pittoresques représentants au concours de l'Eurovision, qui sont devenus de véritables héros, d'autant plus que l'Estonie avait accueilli cette grand'messe télévisuelle il y a quelques temps.

La Lettonie, puisque c'est à elle que nous allons nous intéresser plus particulièrement, est avant tout un pays de bains. On y prend des bains, de boue, de terre, d'herbes, d'eau de mer, d'eau de source, et de tout ce dans quoi on peut tremper et qui aurait des propriété plus ou moins démontrées mais certainement bienfaisantes. On trouve donc de très nombreux centres de balnéothérapie et de thalassothérapie tout au long de la côte lettone, et les offres vont du luxueux complexe tout de marbre flamboyant à la petite maison de bois dans laquelle vous accueillera une rude mais sympahique dame autochtone.

A part les bains, il y a bien sûr beaucoup d'autres choses à faire, notamment à Riga, la capitale.



Riga est une ville qui taquine le million d'habitants, mais qui donne l'impression d'être de taille beaucoup plus humaine. Ses rives verdoyantes, qui longent la rivière Daugava, ses églises, orthodoxes ou romaines, sa vieille ville aux quartiers médiévaux, ses parcs, ses constructions de style "Habsbourg", en font une ville très attrayante, que je vous conseille de découvrir un jour.

D'autant plus qu'à côté de tout cela, on retrouvera quelques vieux tramways de l'époque où la Lettonie n'était qu'une région de l'URSS, et aussi quelques bâtiments et monuments (allégorie aux courageux travailleurs, aux courageux soldats, etc.) typiquement staliniens.

Enfin, saupoudrez le tout de quelques centres commerciaux ultra modernes, de nombreux casinos disséminés dans la ville, et de quelques buildings flambants neufs, et vous obtenez la séduisante recette d'une ville au passé soviétique, au présent nordique, et au futur letton.

La ville possède aussi un bel opéra, qui lui même propose une belle programmation...



A quelques kilomètres de Riga, vous pourrez vous promener à Jurmala, une station balnéaire aux vieilles maisons qui devaient être splendides en leur temps, et à sa longue plage de sable gris, mélancolique à souhait, bordée d'une forêt de pins nordiques mystérieuse et odorante. A Jurmala, vous croiserez des centaines de chats dans les rues, et, même si personne ne sait bien d'où ils viennent, tous sont ravis de leur présence qui ont fait de cette ville "La Ville aux Cent Mille Chats".

A découvrir donc, encore un pays "petit nouveau européen" ou l'on peut passer de très bons moments et faire plein de découvertes avec un budget plus que raisonnable !

2 commentaires:

Marion a dit…

Joli jeu de mots, jolies photos.

Allez Tony!

marie a dit…

Cher Thom (ou chère Brigitte ? —puisque c’est l’aspect de ta personnalité qui s’est dévoilé au grand jour lors de nos dernières retrouvailles…)

C’est très chouette, ce blog, et je dois bien avouer que je le savoure chaque semaine et que je rêve en me essayant d’imaginer où le prochain épisode nous fera voyager…
Pour ma part, je me jette dans un avion dimanche, à destination du Grand Lac bleu, l’œil de l’Afrique. Mais quand donc venez-vous nous rejoindre, toi qui rêve de retrouver les girafes et les hippopotames ? (en plus c’est presque comme des chevaux, sauf qu’ils ont des plus petites oreilles, mais je suis sûre qu’ils plairont quand même à Aurélie).

L'Equateur, donc. Et voilà que depuis déjà un moment, je voulais t'interroger sur ta propre expérience de voyageur invétéré. Voici l'objet de mon questionnement :
« A l’Equateur, je ne me suis jamais senti moi-même. Une ivresse endormie me tenait, pas toujours causée par la chaleur, que l’altitude ou les vents rendaient parfois médiocre.
Je me demande si le mouvement de rotation de la Terre, deux fois plus rapide là-bas que dans nos climats, n’en serait pas la cause. Ces 465 mètres par seconde en ces pays, tandis que je naquis et vécus où la Terre ne tourne que de 250 mètres chaque seconde, ne devaient pas manquer d’agir sur moi, fort sensible au tournoiement. » (Michaux).

Qu’en penses-tu, toi qui a voyagé sous toutes les latitudes, et qui m’a l’air d’être un garçon également sensible au tournoiement ? As-tu senti une différence notoire en Lettonie ?