dimanche 18 juin 2006

LA PLUME DU PETIT SAUVAGE - POESIE - "LE SAULE PLEUREUR"

Se dressant dans les cieux comme une majesté déchue,
Il emprisonne les souffles de ses mille bras nus
Auxquels, sombre, j’y verrai pendus
Tous ces amants et leurs tristes refus.

Le corbeau, messager solitaire des damnés défunts
Vole bas, sauvage, va et vient,
Emportant l’âme de ces milliers d’humains
Vers le début d’une partition sans fin.

Un verre d’alcool vient effacer cet enfer,
Et le saule pleureur, seul dans le froid de l’hiver,
Attend ses victimes, dit au vent de se taire
Pour mieux écouter l’amour et ses misères.

3 commentaires:

Emma & Steph a dit…

Et bien il a beau pleurer moi je trouve que c'est un des plus beaux arbres et il m'inspire plutot une sieste dans le hamac a l'ombre de la caresse de ces longs bras ...

Emily a dit…

Je suis tout à fait d'accord... quel nom triste pour cet arbre que j'aime beaucoup... il m'inspire plus, en effet, un instant sous le soleil sous ses longues branches balancée par le vent...

Anonyme a dit…

Just FYI.... ce texte/poème est, comment dirais-je, emprunté à quelqu'un, qui a écrit (et déposé) son texte a la SACEM...Le texte s'intitule "saule blues".