mercredi 3 mai 2006

LE CINEMATOGRAPHE DU PETIT SAUVAGE - "LES LOONEY TUNES PASSENT A L'ACTION"

Me caler dans son fauteuil et me dire que je vais regarder le plus sérieusement du monde « Les Looney Tunes Passent à l’Action », je dois avouer que ça m’a tout d’abord paru être une démarche un peu décalée, surtout à 28 ans…

Mais bon, j’avais des arguments. D’abord, les films qui mélangent avec talents personnages animés et vrais acteurs sont rares. Il y a bien « Mary Poppins » et « Roger Rabbit », qui sont deux chefs d’œuvre d’inventivité et de drôlerie. Il y a bien « Space Jam », une GROSSE pub sur le basket-ball un peu niaiseuse. Mais voilà, les toons ont rarement le droit de laisser éclater leur talent face à de vrais acteurs.


Ensuite, il y a le réalisateur, Joe Dante. Celui qui, sous couvert de divertissements hilarants et irrévérencieux, démonte l’Amérique et ses bonnes pensées. Joe Dante, l’heureux papa des « Gremlins »….

Effectivement, dans « Les Looney Tunes Passent à l’Action », Joe Dante démonte du toon, et repasse une bonne couche d’insolence dans une industrie cinématographique américaine qui commence tout juste à se lâcher.

C’est donc un film haut en couleurs et riche en niveaux de lecture, que j’ai regardé ce soir là. Un film qui m’a tendu les zygomatiques jusqu’aux fesses pendant une heure et demi, un film qui dénonce, ça et là, la calibrage permanent du cinéma US, l’impérialisme américain parfois outrageant, les mauvais côtés du capitalisme (comme le travail des enfants, ou la consommation à outrance), l’omniprésence de l’argent dans les systèmes occidentaux. Oui oui oui, tout ça, c’est dénoncé, entre deux bonnes vannes de Bugs Bunny et Daffy Duck.

Enfin un vrai film rigolo qui passe un message utile ! Rhââ Lovely. Enfin un scénario intelligent pour dire des bêtises !

C’est aussi l’occasion de retrouver tous les toons de la Warner dans des aventures techniquement irréprochables, et dans une inventivité graphique parfois époustouflante, comme par exemple cette séquence ou Daffy et Bugs déambulent au Louvre à Paris et se retrouvent parachutés à l’intérieur des toiles de Degas, Manet, Monet, Picasso, Seurat, Lautrec, Dali… Une merveille graphique…


Daffy Duck est à mourir de rire dans le rôle du canard looser et revanchard, Vil Coyote est hilarant en "agent special" qui rate toutes ses tentatives d'attentats, et Mémé est surprenante dans un rôle très innatendu... Quel casting ! Seul Bugs Bynny fait son numéro de héros classique, quant aux acteurs "en chair et en os", ils feraient bien de prendre des cours à la Toon School of Acting...



Bref, le jour où vous avez des enfants à garder, courez louer ce film. Ca vous donnera envie de refaire du baby sitting !

1 commentaire:

sylvine a dit…

tu fais bien de le dire, j'aurais pas pensé à louer ce film là... mais quel trésor ce blog!;O)