lundi 13 mars 2006

ALLOCUTION TELEPATHIQUE DU PRESIDENT DE LA CONFEDERATION DES TERRES BOREALES

« Mes chers Amis,

Nombreux sont ceux et celles à m’avoir fait part, à travers les voix de l’Assemblée Planétaire, de leurs inquiétudes face aux rumeurs de menaces d’invasion bélutienne.

C’est donc mon devoir, aujourd’hui, de m’adresser à vous, pour rétablir quelques vérités, et ramener le calme sous les terres martiennes.

Depuis plus de deux cent millions d’années, l’être martien a su se développer, a su évoluer, pour reconquérir tous les recoins de notre belle planète.

Le désastre de l’Antéciviliation, qui a conduit petit à petit la planète entière à se révolter et à éliminer nos ancêtres et la vie à la surface martienne, a servi de grande leçon d’humilité à la poignée de martiens survivants.

Je reprendrai, pour mémoire, quelques lignes du Grand Livre de Cydonia, tiré des derniers passages du Grand Fléau.

« Alors, Mars la Verte, usée par les tortures de l’être élu, se réveillera dans un grondement d’eaux et de feux.

Les terres s’ouvriront, le feu jaillira au cœur même de la Cité de Cydonia

Les eaux se soulèveront, et viendront frapper d’une main violente la joue de la civilisation, jusqu’à sa chute, sa fin, sa mort.

Les eaux et les feux se rejoindront dans un chaos de douleur et de destruction.

Toute vie, toute création, et toute construction sera effacée du sol de Mars la Verte, qui ne vivra plus que par ses colères. Les laves bouillantes assècheront le Grand Océan Boréal, et la vie n’aura plus de place sur Mars. »

Ce cataclysme gigantesque s’est bien produit, ne laissant que peu de chances de survie à notre espèce.

Tous les être martiens de l’Antécivilisation ont péri sous les assauts de la nature, et la vie a longtemps agonisé avant de disparaître totalement de la surface martienne.

Mais, et chacun le sait pour l’avoir appris dans son enseignement mythique et religieux, une poignée de nos lointains ancêtres n’a pas été touché par le Grand Fléau.

Ceux qui peuplaient la Grande Calotte Glaciaire du Nord furent ainsi épargnés. La Calotte les a protégé, elle se brisa, mais disparut seulement de moitié, laissant à ces peuples isolés et primitifs un radeau glacé au milieu de l’enfer du Grand Fléau.

Quant à l’Antécivilisation, elle s’éteignit totalement, tout du moins à la surface de la Planète Verte, car le Mythe du Vaisseau de Noé est en partie une réalite, mes Amis.

Et, en tant que Président de la Confédération des Terres Boréales, en tant que Détenteur du Grand Livre de l’Antécivilisation, je me dois aujourd’hui de vous dévoiler toute la vérité.

Oui, la Planète Beluta, nommée ainsi à cause de sa couleur bleue profond, due à ses nombreux océans et à son atmosphère riche en oxygène et protégé par un couche d’ozone, cette planète, notre voisine, est habitée. Oui, il existe bel et bien des extramartiens. Tous les témoignages, tous les clichés d’Ovni sont à prendre au sérieux, et à vérifier, car certains sont vrais.

Par contre, à ce jour, aucun Bélutien n’a pu foulé le sol martien, car leur technologie ne le leur permet pas.



NOUS NE SOMMES PAS LES SEULS ETRES VIVANTS INTELLIGENTS DU SYSTEME SOLAIRE.

Il existe sur Beluta des êtres intelligents, que nous appelons Belutiens, et qui envoient dans l’atmosphère martienne, depuis quelques années, des objets volants. Je sais que vous êtes nombreux à craindre l’invasion prochaine de notre belle planète par une horrible armée extramartienne, mais je vous rassure : ces objets, que nous avons pour la plupart capturés ou sabotés, ne sont que des outils d’observations, destinés à répondre à la même question que celle que nous nous sommes posés pendant si longtemps. Les Belutiens veulent simplement savoir…. S’il y a de la vie sur Mars !

(Eclat de rire télépathique général…)

Je sais que la peur a grandi parmi vous, le jour ou les Centres de Communication Populaires ont annoncé la découverte de plusieurs ORB (Objets Roulants Belutiens).

Je me souviens des mouvements de panique, souvent exploités par des leaders sans scrupules, et qui n’ont servi à rien d’autre qu’à enrichir des martiens malhonnêtes et à pousser au suicide des milliers d’innocents.

Mais ces ORB ont été eux aussi neutralisés. Et les Forces Martiennes de Sécurité oeuvrent chaque jour pour que ces outils d’observation ne décèlent aucune trace de vie sur le sol martien.

J’espère aujourd’hui, je sais, aujourd’hui, que vous serez rassurés en en apprenant un peu plus sur nos étranges visiteurs venus d’ailleurs.

Mes chers Amis, Martiens, Martiennes, les Belutiens et les Martiens ne forment qu’une seule et même famille, dont les racines communes remontent à la chute de l’Antécivilisation.

Alors que le climat martien se dégradait de plus en plus, alors que les cataclysmes se multipliaient, Noé le Juste, le dernier Empereur des Terres Libres de Mars, conscient que la fin était proche, avait fait préparer, dans le plus grand secret, un vaisseau considérable dans lequel vint se réfugier une poignée d’êtres martiens.

Ils étaient une centaine.

Ils furent choisis pour leur patrimoine génétique exceptionnel, et ils furent soumis à d’innombrables tests physiques et psychologiques pour être sélectionnés.

Comme vous le savez, l’Antémartien était physiquement très différent de nous : il n’avait pas d’antennes, pas de sonar, il était pourvu d’une excellente vue, et il se déplaçait aussi bien sur deux pattes que sur quatre pattes. Il avait une queue très agile, qui pouvait parfois même lui servir de cinquième membre, et son ouïe n’était pas très développée. Son épais pelage le protégeait de la rigueur de l’hiver martien.

Ce vaisseau et ces occupants furent envoyés sur Beluta, une planète voisine dont les constantes physiques et géologiques, ainsi que l’atmosphère, étaient propices à la vie.

Les scientifiques Antémartiens en avaient acquis la certitude en envoyant de nombreuses expéditions sur cette planète, qui regorgeait d’eau ainsi que de formes de vie unicellulaires très primitives.

Noé le Juste espérait ainsi sauver l’espèce martienne.

Quelques lunes après le départ du vaisseau baptisé Archias, le Grand Fléau s’abattit sur l’Antécivilisation.

Le Grand Fléau a ainsi donné naissance à deux familles martiennes : nos ancêtres, ceux de la Grande Calotte. Et les Colons de Beluta, descendants directs des Antémartiens.

Oui, mes amis, les Belutiens et nous ne formons qu’une seule et même grande espèce, une seule et même famille d’êtres vivants.

Les Belutiens se sont multipliés, se sont développés, en parallèle à la vie originelle de Beluta. Et ce sont aujourd’hui les plus proches représentants de la race Antémartienne.

Actuellement, leur technologie leur permet de tenter d’apporter des réponses aux questions sur leurs origines.
D’après les plus éminents spécialistes du Comportement Bélutien, nos lointains cousins sont en effet mal à l’aise sur leur planète. Il doit rester, dans leur inconscient collectif, la trace d’un lointain exode passé, la sensation de ne pas appartenir à cette planète bleue sur laquelle ils vivent.

Ils se sont réfugiés derrière des symboliques philosophiques et religieuses simplistes, qui leur fait croire qu’un Etre Suprême les a créé de par sa simple volonté, et qu’il les détruira de même.

Une poignée d’Intellectuels Bélutiens semblent toutefois prête à accepter d’autres explications, plus rationnelles, et plus scientifiques, à leurs origines, et ce sont eux qui envoient ces objets jusqu’à nous.

N’ayez pas peur, soyez harmonieux au fond de vous, car ce ne sont pas des envahisseurs.

D’ailleurs, il serait impossible pour eux de vivre sur Mars. Je vous rappelle que leur physiologie est très proche de celle de nos ancêtres, disparus de la surface de mars il y a des centaines de millions d’année !

Et nous, qui sommes nous ?

Depuis la survie difficile de nos lointains ancêtres de la Grande Calotte, qu’avons-nous fait ?

Nous avons appris à évoluer. Nous avons vécu sous la surface de la planète. Nous avons créé une magnifique et prospère civilisation troglodyte, qui souffre malgré tout de ne pouvoir vivre au grand jour, sur le sol martien. Nous sommes obligés de vivre en sous-sol, car le Grand Fléau a changé toutes les données biogéologiques de la planète. L’atmosphère est envahie de tempêtes de poussière et de dioxydes qui la rendent irrespirable. Et le froid extrême et aride qui règne sur la surface martienne est mortel.

Mais nous avons su survivre, et recréer la vie et l’espoir là où il n’y avait que peur et désolation.

Nous avons eu la chance de trouver des centaines de lacs souterrains, reliés entre eux par de larges rivières, peuplées d’animaux aquatiques aveugles, étranges, mais très comestibles.

A partir de ce réseau de lacs et de rivières, et de leurs inestimables et inattendues ressources, nous avons rebâti une civilisation.

Nous avons creusé des villes, des routes, des réseaux de communication. Nous avons appris à créer des sources d’énergies, des sources de lumière. Nous avons navigué, nous avons exploré, nous avons traversé le sous-sol de la planète du nord au sud, pour finalement rencontrer d’autres survivants du Grand Fléau, qui s’étaient réfugiés dans la Calotte Sud.

Notre être a changé. Nous avons perdu notre pelage, et l’avons remplacé par un exosquelette très efficace contre les chutes de pierre et autres difficultés de la vie souterraine. Nous avons perdu beaucoup de notre acuité visuelle, mais nous avons gagné des antennes, qui nous permettent de communiquer par la pensée, et de nous déplacer très rapidement grâce à notre sonar interne. Nos mains, musclées, griffées, puissantes, acérées, nous ont permis de créer un monde souterrain où la vie est possible. Nous avons créé des cultures, adapté nos habitudes alimentaires, bref, nous avons survécu.

Aujourd’hui, vous pouvez être fiers de ce que vous êtes devenus !

Alors n’ayez pas peur, ne cédez pas à la panique, le moment n’est pas encore venu ou le Bélutien nous découvrira.

Longtemps, encore, ils enverront leurs engins, leurs sondes, volantes, roulantes, se perdre dans les grands déserts martiens et finalement échouer dans nos laboratoires.

Un jour, seulement, dans des millions de lunes, un Bélutien découvrira la vérité. Alors, nos deux mondes, aux origines communes, pourront à nouveau se réunir, et de ces deux mondes naîtra un troisième monde, un monde fruit de la rencontre de nos deux espèces, si lointaines et si proches à la fois. »

1 commentaire:

Emily a dit…

En tant que Bélutienne, je tiens à te féliciter pour cette très jolie histoire... qui nous donne une idée de ce que l'on peut penser de l'autre côté du miroir finalement... ça fait une drôle de sensation de se voir comme ça mais c'est vraiment chouette !!! Et puis, tu as une plume très agréable lire... so, i'm looking forward to your next story... Thanks a lot Thom ! Bisous bélutiens ;-)