lundi 18 juin 2007

OSLO MUCHO

A Oslo, en été, il ne fait pas nuit. Le jour s’étire, tarde, a la flemme de disparaître, et ce n’est qu’un timide crépuscule qui caresse l’horloge qui tinte les douze coups de minuit.

Minuit passé, le jour se relève à nouveau, doucement, et les balbutiements crépusculaires laissent bientôt la place à une nouvelle journée, fraîche et pimpante, qui durera elle aussi plus de 20 heures…

Mais comment faire, me direz-vous, pour organiser une Nuit des Publivores® dans un pays où il ne fait pas nuit ?

Bah c’est là tout le problème… tels des vampires craintifs, les publivores norvégiens doivent fuir la lumière du jour, se cacher des de sombres usines désaffectées, où ils pourront sans état d’âme donner libre cours à leurs rituels nocturnes et dévorer des spots par centaines en écourant les mix de Goodfella (pour vous servir)…

C’est ce qui s’est passé dans les vieux entrepôts Vulcan, à Oslo, le 8 juin dernier, pour la première aventure norvégienne de la Nuit des Publivores.

Craignant pour ma santé, et montant au nord, plein de précautions, j’avais pris une petite laine. Mais les 30°c à l’ombre, le bleu pur du ciel sans nuage, et les 21h de plein jour (par jour) m’ont vite fait comprendre que j’aurais du prendre mon bob et ma crème solaire plutôt que mon cache nez.




Les norvégiens eux-mêmes étaient un peu circonspects face à cette météo digne de celle des calanques au mois d’août… filles et garçons beaux et épanouis se promènent à moitié nus, exhibant quelques pièces de tissu de marque (pour un minimum de décence) à plusieurs centaine d’euros le centimètre carré, boivent de grandes rasades de bière et de cocktails exotiques sur les terrasses qui longent le fjord d’Oslo, flânent dans les rues ensoleillées de la capitale d’une propreté quasi-suisse, se posent dans les nombreux parcs de la ville, bref, voilà l’été… !

Ce pays sent bon (trop ?) l’argent, n’empêche. Boutiques de luxe, mobilier urbain tip-top, voitures et looks raccords, bars branchés, collection incroyables de yachts et de voiliers… La Norvège, est des principaux exportateurs mondiaux de pétrole, est l’un des pays les plus riches du monde, où la plupart des gens se la coulent plutôt douce (le chômage est quasi-inexistant), avec des salaires très élevés (pour payer le bateau, le chalet dans un fjord, et la Volvo), avec des rythmes de travail assez relax.

Plutôt attrayant à première vue quand même… D’autant plus que l’ouverture d’esprit des gens du nord n’est pas une légende, et que les sourires et les élans de communications sont nombreux chez les Norvégiens détendus.

Mais si la Norvège est si attirante, c’est surtout pour sa nature exceptionnelle, omniprésente, préservée, riche (aussi !), extrême, enivrante… S’y rendre l’été, c’est la promesse de baignades dans l’eau des fjords, de promenades dans les immenses landes et forêts, d’escalades vertigineuses de tous les monuments naturels du pays, de soleils éternels au nord, de mille découvertes champêtres et culturelles passionnantes… l’hiver, c’est la nuit polaire, les aurores boréales, le ski et les sports d’hiver, les réserves naturelles et les ours blancs…

Bref, des tonnes d’un exotisme unique à deux heures d’avion de Paris …
Hélas, n’y étant resté que deux jours, je n’ai pu profiter de tout ça… toutefois, j’ai pris le temps de manger de l’élan (en saucisse, en steak, en burger, en ragoût, mmmhh !), des crevettes du fjord, des moules suédoises (?), et, bien sûr, de faire le tour du fjord d’Oslo dans un vieux gréement, découvrant toutes les îles aux petits chalets colorés que cachent les détours de l’eau, les centaines d’oiseaux, le plus vieil aéroport de Norvège (pour les hydravions, dans une anse du fjord), les petits phares, et mille autres perles cachées…



Au fait, petite énigme… Savez vous exactement ce qu’est un fjord ? (non ce n’est pas la conséquence d’un pet de troll…)

2 commentaires:

Emmameta a dit…

Vatch ! ca fait super envie tout ça ! Et je n'aurai jamais cru que ce soit aussi prés de Paris en Avion ! Ca doit être faisable en AMi 6 non ? ....

LE ZUBIAL a dit…

Ah bah carrément, avec l'Ami, tout est possible... Route jusqu'à Copenhague, puis un p'tit coup de Ferry, et hop, la traversée de la Norvège du sud au nord, 3.000 kms jusqu'au cercle polaire...... Chiche ???